Bernard Vachon

Monsieur Vachon est détenteur d’un doctorat de la London School of Economics and Political Science en Angleterre et de l’Université de Liège en Belgique. Il a fait carrière comme professeur-chercheur au Département de géographie de l’Université du Québec à Montréal de 1969 à 2000. Il rédige La chronique du Prof sur Néorurale.ca.

10 éléments de réflexion au ministre Moreau

Pour une nouvelle gouvernance des régions. Décentraliser et territorialiser l’action publique.  Quelques éléments de réflexion adressés au ministre Pierre Moreau, qui souhaite réformer la gouvernance des territoires. Sacrifier les régions au gré de l’humeur financière de l’État ? Au printemps 2012, le gouvernement libéral de Jean Charest adoptait la Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires et la Loi du même nom : « Notre gouvernement s’engage résolument à l’occupation et à la vitalité de chacun des territoires du Québec. Nous entendons y travailler de concert avec les instances qui interviennent sur les territoires. Le Québec, nous voulons l’habiter, nous y épanouir et y prospérer. (…) Il est de notre intention, comme le propose la Stratégie, de faire de l’occupation et de la vitalité des territoires un grand projet de société.» (Mot de présentation de la Stratégie par le premier ministre Jean Charest, 2012). Les premiers articles de la Loi précisent les buts et objectifs : « CONSIDÉRANT qu’il est opportun d’inscrire l’occupation et la vitalité des territoires comme priorité nationale et d’en faire un projet de société à part entière; CONSIDÉRANT que cette nouvelle ambition pour les territoires appelle une approche renouvelée pour appuyer de façon cohérente le dynamisme et les aspirations des collectivités; (…) Dans le cadre des mesures proposées, « l’occupation et la vitalité des territoires » s’entend de la mise en valeur des potentiels de chaque territoire, dans...

En savoir plus

L’entreprise de dynamitage des régions se poursuit

Chaque semaine nous apporte une nouvelle décision du gouvernement Couillard dévoilant le démantèlement, pièce par pièce, des politiques et programmes d’appui aux régions mis en place au cours des 30 dernières années. Un démantèlement qui témoigne du désintéressement de ce gouvernement à l’égard des régions intermédiaires et éloignées par rapport aux régions centrales. Ce désintéressement est fondé sur une ignorance et une volonté obstinée de ne pas chercher à comprendre la contribution économique, sociale, culturelle et environnementale des territoires extérieurs aux agglomérations de Montréal et de Québec, à l’essor de la société québécoise dans sa globalité. La séduction toujours...

En savoir plus

La « nouvelle gouvernance régionale »

Pour une juste reconnaissance de la contribution des régions à la prospérité du Québec Démantèlement des organismes de développement et mauvaise foi du ministre Le 4 novembre dernier, le ministre des Affaires municipales et de l’occupation du territoire, aussi responsable du développement régional et de la ruralité, monsieur Pierre Moreau, annonçait l’abolition des CRÉ et des CLD, la mission de ces derniers étant désormais confiée aux MRC avec des budgets réduits de 55%. Dans la foulée de ces coupures, il amputait de 300 M$ les transferts aux municipalités, retirait le financement accordé à Solidarité rurale (instance conseil auprès du...

En savoir plus

Quel était le premier défi des CLD?

Dans le contexte de réflexion et de débat qui fait suite à l’abolition des CRÉ et à la réduction de 55% des budgets alloués aux CLD, je présente ici un texte écrit le 15 septembre 1997 qui expose la mission des CLD tel qu’envisagée au moment de leur création pour soutenir les efforts de développement local et régional. Si des corrections et ajustements administratifs pouvaient être considérés nécessaires et légitimes après 17 ans de pratique de ces organismes de développement territorial, leur disparition ou leur affaiblissement significatif apparaissent difficilement justifiables. Un projet avant-gardiste inscrit dans le processus de décentralisation...

En savoir plus

Priorité aux briques, au béton et au C02

En collaboration avec Michel Lessard, historien, professeur retraité de l’UQAM, résident de Lévis. Sacrifier l’agriculture pour la densification urbaine Nous apprenions récemment la vente des terres agricoles des sœurs de la Charité dans le secteur de Beauport de la ville de Québec, à la Fondation Jules-Dallaire créée par le promoteur immobilier du même nom, du groupe Cominar. 200 hectares (22 millions de pieds carrés) de terre fertile d’un seul tenant, cultivés depuis des générations et parmi les derniers espaces cultivables dans l’agglomération de Québec. Payé 39 millions$ par la Fondation, ce patrimoine agricole est destiné à un développement domiciliaire de...

En savoir plus