Le temps ! Quel sujet indémodable ; on en parle, on le chante, on le gère, on le rentabilise, on le perd, on le cherche, on voudrait le ralentir, le stopper parfois… hé bien  c’est à mon tour de vous en parler.

L’autre jour, j’étais confortablement installée sur le bord d’un quai et je contemplais le lac Nominingue dans Les Laurentides après une rude journée en vélo. Pour une rare fois, je profitais à 100% d’une pause et j’étais totalement calme sans me stresser pour tout et pour rien. Mes réflexions m’ont amenée à comparer le temps et la vie en générale aux autoroutes… hé non je n’avais pas bu de vin encore !

Je vous explique mon humble théorie : on prend l’autoroute pour sauver du temps, pour arriver plus rapidement à destination sans vraiment profiter du trajet entre les deux…. À la vie que l’on mène de plus en plus rapidement sans toujours en profiter pleinement, pourquoi ne pas bifurquer sur les petites routes de campagnes et PRENDRE son temps pour admirer le paysage et la vie qui se déroule.

Certes, on sera à destination moins rapidement, mais le trajet peut tellement nous réserver de belles surprises : un jardin qui fait le plaisir des yeux, des chevaux dans un champ, une boulangerie au coin d’une rue, une chocolaterie au détour d’un petit village…

Le chemin n’est-il pas aussi important que la destination en soit ? Trop souvent dans la vie, on se laisse happer par toutes nos obligations, on se fixe des buts et des objectifs de vie qu’on veut atteindre au plus vite et quand on est rendu -hop!- on passe au suivant. La vie n’est pas une course de formule 1. Ce n’est pas celui qui fait le plus de point qui gagne… À quoi ça sert de rouler à vitesse grand V si ce n’est qu’on finira par heurter un mur où se retrouver dans le décor.

Voilà mes réflexions de fille en vacance qui se donne le temps de prendre son temps !

Je vous laisse sur deux citations qui résume bien ma pensée et qui vous inspireront je l’espère.

 

Ne comptez pas les jours, faites que les jours comptent ( Muhammed Ali)

Délaisse les grandes routes, prends les sentiers (Pythagore)