Ah cette fichue méditation! J’ai longtemps cru qu’elle était longue, monotone, et peu intéressante. Je pensais qu’elle était essentielle pour m’endormir. Je croyais que je devais m’asseoir des heures, les jambes croisées, le bâton d’encens au patchouli à côté en disant : « aaaaaaahouummmmm… »

J’ai aussi pensé que c’était de faire du yoga devant le téléviseur. Si le guide dit :  » change de position », je devais le faire du premier coup sans me tromper, et ce, même si j’ai la tête entre les deux jambes et que je ne vois absolument rien de ce qu’il fait. Bref, je trouvais ça zéro zen et zéro intéressant!

C’est en échangeant avec d’autres sur le sujet que je me suis rendu compte que je méditais déjà régulièrement sans m’en apercevoir.

Le Larousse détermine le mot méditer comme étant une réflexion profonde… Déjà, avec une définition comme celle-ci, je fais la paix avec ce mot. Réfléchir, pas de problème, on devrait tous être en mesure de faire ça! Suffit maintenant que trouver le temps. C’est facile? Mon œil! Avec les enfants, le travail, les responsabilités… pas évident! Voici comment je m’en sors!

Le silence

Premièrement, j’ai découvert que réfléchir ça se fait mieux sans bruit environnants. Je l’avoue, c’est parfois troublant de se retrouver dans le silence. J’ai comme un hamster dans le cerveau qui vire et qui me dit:  » oublie pas de faire la vaisselle, les boîtes à lunchs, …. »  Par contre, à la naissance de mes enfants, j’ai découvert que le silence c’est LA 8e merveille au monde! Toutes les crises et les chicanes disparaissaient au moment où je m’assoyais dans ma voiture avant de me rendre au travail. Par la suite, j’ai continué cette habitude de rouler en silence. Dans ce moment de solitude, je prends le temps de réfléchir, je m’observe et je cherche à m’améliorer. Ça, c’est méditer pour moi.

Il m’arrive aussi d’être incapable de réfléchir ou d’être en silence. Alors, je passe une journée ou deux. Le besoin de me ressourcer revient par lui-même. Dernièrement, j’ai découvert comment il peut être inspirant de commencer la journée avec une tasse de café en main dans le silence de ma maison. Je ne le fais pas TOUS les matins, mais à l’occasion le weekend quand les enfants dorment encore, je savoure cet instant précieux. Je vous le dis: essayer le silence, même si ce n’est que quelques minutes, c’est l’adopter!

La nature

Le simple fait de me retrouver en nature est également pour moi une source de méditation. Je ne sais pas si ce sont les arbres, les fleurs, l’odeur ou toutes ces réponses qui m’inspirent, mais il y a quelque chose de magique. Quand je cultive mon jardin ou que je prends soin de mes fleurs, je ne peux qu’être concentré et vivre l’instant présent! Je ne pense plus à mes responsabilités, je cultive mon jardin intérieur. Je vous l’accorde, la nature est remplie de moustique, surtout en Beauce en juin, mais blague à part, elle est fascinante! Elle n’a absolument besoin de personne pour grandir.

La méditation, c’est l’art de trouver la paix intérieure. Vivre en connexion avec la terre et les récoltes qu’elle nous procure c’est pour moi vivre en pleine conscience!

Le moment présent

J’aime prendre le temps de vivre ma vie au lieu de la courir… Vous savez: arrêter de gérer les rendez-vous, les pratiques et les horaires de tous et chacun! Avec la médiation, c’est plus facile pour moi. J’apprécie ce que j’ai là, aujourd’hui, dans le moment présent.  Je donne souvent l’exemple d’être au beau milieu de Time Square à New York et prendre le temps de regarder autour de soi et de dire merci. Même si tout fourmille autour de soi, le calme intérieur est toujours là.

Pour moi vivre le moment présent, c’est prendre le temps de m’observer à chaque jour pour mieux comprendre ce que le quotidien m’enseigne. Parfois, il a des choses arides à me faire acquérir, mais d’autres fois, il me fait découvrir des miracles!

Ces formes de méditations, je les ai apprises et je les ai appliqués. Elles m’ont permise de prendre du temps pour moi pour me recentrer sur ce que je veux vivre. Je sais, ça ne met pas mon cerveau totalement à off,  mais elles sont accessible et elles me permettent de réorienter mon parcours. Elles me permettent de m’enraciner, de devenir forte comme un arbre durant les tempêtes de ma vie.

Est-ce que vous pratiquer une forme de méditation au quotidien?

Commentez!