T’sais Fille, tu es loin d’être laide, tu es même assez beautiful merci.
Maintenant, tu n’as plus besoin de musique pour te motiver à courir parce que tu aimes entendre ta respiration, mélangée au vent. Tu ne cours plus à en avoir mal au cœur juste pour prouver (à qui au juste?) que tu es la meilleure et que tu cours plus vite que l’autre chix qui te dépasse toujours au milieu de la côte. Tu commences à apprécier les journée de farniente ou tu arrives à t’arrêter enfin. Parce que tu as appris que, ce qui se passe à l’extérieur de toi c’est toujours le reflet de ce qui se passe à l’intérieur.
Même si, dans le miroir tous les matins, tu dois te le répéter et te faire un sourire fake pour commencer ta journée, même si, batard que c’est difficile de se battre contre soi-même tout le temps… ça vaut la peine quand tu regardes le chemin que tu as fait.
Tu es différente Fille, et ça, c’est assez beautiful merci.
Tu as recommencer à lire, à apprendre et à voyager. Tu es fière de la personne que tu es, des discussions que tu es capable d’entretenir avec tes véritables amis. Tu prends de nouveaux défis même si tu te crois incapable de réussir au début, tu sautes dans le vide en étant convaincue que ça pourra juste être une bonne expérience au pire.
T’sais Fille, tu n’es pas folle non plus. Tu n’as seulement pas appris à avoir du chagrin.
Tu commences à le comprendre enfin. Tu as fait tout un travail pour te déprogrammer l’ordinateur, faire de l’ordre dans tes foutus programmes. Maintenant tu vois le bogue arriver de loin et tu sais quoi faire pour éviter qu’il détruise tout ton ouvrage.
Tu peux maintenant pleurer sans te désorganiser complètement. Tu es forte et solide, tu ne te sens plus sur le bord du trou, mais bien en ascension de ton sommet à toi. Tu as appris les techniques pour surfer la vague, tu vas torcher à la prochaine tempête!
Tu es toute là Fille, tu n’as seulement pas appris à accepter de suivre ton instinct.
Maintenant tu sais juste que c’est le feeling qui compte. Tu te sens bien, tu fonces. Si tu sens une pointe d’angoisse, c’est pas pour toi. Tu vois ce qui s’en vient avec confiance même si ça implique beaucoup de volonté de ta part. Tu te choisis enfin tout en douceur. Il y a encore du chemin en gravier sur ta route, mais tu vas mettre tes gougounes au minimum, au lieu de marcher pieds nus!
Je ne te souhaite plus rien Fille, parce que, en vrai je suis qui pour te dire quoi que ce soit? Je n’ai pas marché dans tes souliers, tu es la seule à savoir ce qui est bon pour toi. Continue à te faire confiance.
C’est un peu pour cette raison que je ne t’écrirai plus ici. J’ai besoin d’explorer autre chose, d’expérimenter mes talents autrement. Je sens que je ferme un grand livre… J’ai fini celui-là, j’ai envie d’en découvrir un autre asteur.
Merci d’avoir été là pour moi tout ce temps, tu n’as pas idée comment tu m’as aidé. Parce que je n’ai pas besoin de te dire que quand je te parle, c’est à moi que je parle en premier.
On est belle Fille. Vraiment. Aussi magnifique en dehors qu’en dedans.

( Je parle de  »Fille », mais j’espère que tu te sens aussi concerné  »Gars » et que tu sais que ce n’est qu’une figure de style. Chers amis, nous nous reverrons dans d’autres lieux très bientôt, je ne suis pas inquiète. xx)