Pour certains, trouver une garderie est une chasse aux trésors remplie d’obstacles, de dragons cracheurs de feu et de sorcières malveillantes. Et je ne parle pas des jouets qui y trainent. Je n’ai pas de mal à le croire. Quand on entend: « Désolée, je n’ai plus de places avant 2018… », on se dit qu’il faut réserver sa place avant même que le spermatozoïde gagnant n’ait approché le long tunnel de l’amour!

Quand une garderie a des places disponibles, notre cerveau dopé au système mercantile se dit: « Mmmmm… elle ne doit pas être bonne cette garderie-là. S’il y a de la place, c’est que personne ne veut y aller! » True story. C’est en effet ce que mon chum m’a répondu quand je lui ai annoncé qu’on avait une garderie pour Coco. Je suis partie à rire, parce que j’ai eu le même réflexe que lui, et je lui ai répondu:  » C’est que les garderies ne répondent pas tout à fait à la loi de l’offre et la demande. Tous les enfants vieillissent et finissent par entrer à l’école, ce qui laisse la place à d’autres. Même si la gardienne est un médecin réorientée, qu’elle leur apprend l’algèbre et qu’elle applique TOUT ce qui se trouve dans le MIEUX VIVRE du gouvernement… ça retardera pas leur croissance. Ils vont vieillir, tu sais, et laisser la place aux autres! C’est le timing qui doit être de notre bord! »

Je n’ai pas à me plaindre, après trois appels, j’ai trouvé une belle garderie pour mon p’tit homme. Et ce que j’apprécie le plus de la proximité qu’offre la vie de village, c’est l’accessibilité aux références (aussi appelées potins). Tout le monde connait tout le monde, n’est-ce pas merveilleux! Bon, ça comporte d’autres inconvénients, mais ça, c’est une autre histoire…

Comme je vis dans ce village depuis à peine 2 ans, j’ai demandé main forte à belle-maman. Je lui ai fourni la liste des gardiennes (disponible sur le site web du village ou au CPE. Vraiment pratique.) et j’ai demandé qui elle connaissait et ce qu’elle pensait d’elles. Du gros commérage juteux au service de fiston!

J’ai ensuite fait mon top 5 de celles qui semblaient le plus respecter mes valeurs et mes gouts et je les ai téléphoné. J’ai eu des « Je n’ai pas de places avant 2034 », mais j’ai aussi eu des « Je pourrais prendre votre fils cet automne! ». En discutant avec l’une d’elle, j’ai appris que la petite cousine du père de mon chum qui habite le bout du rang envoie son enfant chez elle. En me rendant sur place, j’ai reconnu les enfants d’une autre voisine que j’apprécie beaucoup. Et rapidement, je savais tout sur tout le monde: la gardienne, son chum et son mal de dos, leurs enfants et leurs études, les parents des enfants en garderie, qui travaille à l’extérieur, qui est séparé, qui ne l’est pas, qui devrait l’être, qui n’a pas le même père… TOUTE.  Même trop… mais ça, c’est encore une autre histoire.

Ma place est donc réservée, et ce, 3 mois à l’avance, pas 3 ans! 😉

Commentez!