Ma vie à la campagne (la vraie, pas seulement la banlieue) m’a fait découvrir la vie.

Quand j’habitais à St-Cyrille, en banlieue de Drummondville, j’avais un petit jardin. Chaque année, j’achetais de la terre noire et du compost de crevette pour l’engraisser. Je n’ai jamais pris vraiment le temps de lire sur le jardinage; j’ai vu toute ma jeunesse ma mère faire des jardins. C’était mon petit paradis… bien que je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de manger les tonnes de légumes frais dont je rêvais.

Ma production était ridicule et difficile ! Des gros plants de tomate «Big Beef» que je plantais, je n’en récoltais que des petites tomates de la grosseur d’une clémentine, malade à la base, de surcroît. Mes poivrons se tenaient entre deux doigts. Est-ce ma terre qui restait malgré tout trop sablonneuse, l’ombre du garage de mon voisin qui privait mes plantes de quelques heures de soleil supplémentaire ou l’appétit vorace du seul arbre de ma cours qui avalait tous les nutriments de mon jardin, je ne le saurai jamais… Je me souviendrai juste de tous les efforts que je mettais chaque année pour être, finalement, un déçue à la fin… mais espérant toujours un peu mieux pour l’année suivante…

Quand je suis déménagée à Sainte-Eulalie, j’ai découvert toute autre chose… Je ne sais pas; il y avait comme quelque chose de magique pendant ce premier printemps. Les oiseaux par dizaines autour de la maison et plus tard, tant de chenilles et de papillons. Il y avait aussi la naissance de ma première fille, Cassidy, pendant ce premier été. Et l’arrivée de nos alpagas, bien entendu… Toute cette vie autour de moi !

jardin fumier alpaga recolte avec fumier alpaga

L’année dernière, en plus de la naissance de notre premier cria (bébé alpaga) sur la ferme, j’ai pu jardiner pour la première fois… Et quel jardin ! Bien sûr, j’ai utilisé le fumier de mes alpagas; on vit sur une ferme, il faut savoir en profiter ! Et l’automne arrivée, j’avais non seulement une quantité effroyable de légumes (j’aurais pu m’ouvrir une épicerie !) mais aussi des légumes monstrueusement gigantesques !!!

carottes geantes

Avec autant de succès, c’est certain que je recommence cette année… Tout est prêt, d’ailleurs, pour la plantation. Cette fois-ci, ce sera un jardin 1/3 plus grand (trop d’idées pour des nouveautés !), on attend patiemment aussi 3 crias pour le début juin et… je viens à peine d’accoucher d’une 2e petite fille; Angie… c’est pourquoi j’étais si silencieuse dernièrement ! Deux nouveaux alpagas sont arrivés dans les derniers mois dont un nouveau reproducteur venu de l’ouest canadien ! Je ne sais pas si c’est comme ça partout, mais décidément, la vie grouille ici !