Toute petite, j’avais le droit de me coucher tard durant les séries, lorsque le Canadien en faisait partie. Grande, j’ai gardé cette ferveur pour le hockey, même si maintenant, ce n’est plus pour la permission spéciale que mon père me donnait pour l’écouter. C’est un sport que j’aime beaucoup regarder, même si j’ai plein de raison de chialer en l’écoutant…

Bref, de temps à autre, rien de mieux qu’une partie « live ». La semaine dernière, je me suis donc rendue à l’aréna IAM Gold de Rouyn-Noranda pour voir une des dernières parties de la saison régulière des Huskies. Grâce à LHJMQ, on est en mesure d’avoir du hockey compétitif et intéressant en région et je dois dire que je suis bon public. J’applaudis, je crie à en perdre la voix, je m’empiffre de popcorn. Mais le goût que cette soirée m’a laissé était plutôt amer.

Pourquoi, vous dites-vous? Outre les deux batailles des joueurs non justifiés sur la glace, j’ai eu honte d’être Témiscabitibienne pendant un instant. (Bon, là, je vous vois relire le mot Témiscabitibien. Oui, c’est le vrai mot. Oui, il y a tout un débat actuellement sur son utilisation. Mais ce n’est pas le sujet de ce texte, alors on continue, OK?) Alors, je disais donc que c’est là que j’avais un peu honte d’être dans les estrades. Il ne restait plus que quelques minutes à la partie lorsque des bouteilles et des canettes de bière ont fusé sur la glace. La foule huait, des projectiles de tout genre volaient. Même si les arbitres avaient pris des décisions discutables, même si le pointage ne reflétait pas l’allure du  match, il n’y a avait aucune raison de lancer des débris sur la glace.

Ma surprise a été encore plus grande quand j’ai vu que la plupart des gens qui lançaient des bouteilles avaient des cheveux gris! Ce n’était pas des jeunes qui avaient abusé de l’alcool durant le match, non! C’était des hommes d’âge mûr  incapables de contrôler leurs émotions. Pour moi, c’était honteux.

Honteux, car l’organisation des Huskies travaille fort pour que les matchs soient une activité familiale. Honteux, car on travaille très fort pour inculquer le respect aux jeunes. Et surtout, honteux, car le hockey est avant tout un sport, un divertissement

La problématique ne s’arrête d’ailleurs pas au hockey junior, mais s’étend aussi dans le hockey mineur… À maintes reprises, je suis allée encourager mes neveux, et ce que j’ai vu dans les estrades était loin d’être toujours sportifs. Des parents agressifs contre les arbitres, car l’équipe de leur petit Crosby était punie, intimidation de parents envers les parents de l’autre équipe, encourager les enfants qui usent de violence sur la glace… Rien de très reluisant, en fait. Ne dit-on pas que les enfants apprennent des adultes? Et là, je ne vous ai pas parlé de ce qui se passe à l’interne, entre parents de la même équipe…

 

Chaque fois, je suis désolée de voir ces comportements excessifs pour une partie de hockey.  Toi, l’adulte, ça ne te tente pas de donner le bon exemple et te rappeler que ce sont des enfants qui jouent sur la glace?